Fran et Jim
Fran Lejeune et
Jean-Michel Rolland
FRAN LEJEUNE
Installations et Performances Interactives, Art Vidéo

et JEAN-MICHEL ROLLAND
Art Numérique - Digital Art
HOME

FRAN

JIM








Neons Melody est un projet transmédial qui se décline selon trois modalités : vidéale, performative et expérientielle. Il se compose de trois espaces distincts autour du thème de l'allumage de néons de plafond.
L’idée d’une œuvre transmédiale est une réponse artistique que nous avons élaborée afin de résoudre le problème de l’apprentissage des publics. Comment initier les publics à l’interactivité sans recours au langage ? Comment transformer un visiteur « passif », qui reste dans une posture de face-à-face avec l’œuvre, en un visiteur « actif » ou participatif ? Ou encore, comment diminuer la proportion des laissés pour compte de l’art interactif en proposant un projet artistique qui valoriserait les compétences visuelles du public ?
Neons Melody répond à ce défi en proposant une œuvre progressive, qui se décline sur différents supports, présentée dans un premier temps sous la forme organisée et compilée de l’art vidéo, puis dans un second temps d’une installation interactive, et enfin sous une forme performative.

*****

Le premier espace met en scène une vidéo expérimentale qui a remporté le prix du travail le plus innovant à Digital Graffiti à Alys Beach en Floride (USA) en juin 2012, et qui s'est vu décerner une mention du jury au festival d'arts urbains Artaq à Angers en mai 2012.
Cette vidéo a par ailleurs été diffusée sur la chaine TVP Kultura (Pologne), sélectionnée et diffusée à Vidéoformes 2012 (Clermont-Ferrand, France), Experiments in Cinema (Albuquerque, USA), 25èmes Instants Vidéo (Oran, Algérie et Marseille, France), Geh8 - Nothing Movie Night (Dresde, Allemagne), Charlotte Street Art Center (Fredericton, Canada), Intersitial Theatre (USA), The 01 Video Community (Pologne), Galeria Bunkier Sztuki (Pologne), Underground Supposedium of Electronic Arts - USEA2012 à Albuquerque et au centre culturel de Novi Sad (Serbie). Ce premier espace permet au visiteur de se familiariser avec le contenu de la vidéo, la plasticité de l’œuvre pour, en quelque sorte, en être libéré. Les visiteurs peuvent ensuite quitter leur posture de face-à-face devant la vidéo pour interagir avec la projection (deuxième espace) ou en comprendre la complexité performative (troisième espace).




Ainsi, le deuxième espace est une installation interactive composée de trois vidéoprojecteurs, une sonorisation, des éléments scénographiques, des capteurs et du matériel Midi contrôlés par un logiciel de gestion des données en temps réel. Les visiteurs, en perturbant par leur présence les samples des néons projetés sur les murs, sont alors amenés à comprendre qu'ils sont eux-mêmes les déclencheurs du dispositif. En se déplaçant dans l'œuvre, ils jouent notamment sur la rapidité des séquences, leur forme, ainsi que sur leur tonalité visuelle et musicale.
Notre installation précédente, Non-Lieux, a démontré que la majorité des visiteurs s’inscrivait dans le projet interactif et que l’interférence entre visiteurs faisait de cet art un art dialogique, où l’échange est au cœur de l’expérience esthétique. Ce deuxième espace permet donc au visiteur de s’approprier le dispositif interactif et d’en comprendre le fonctionnement.




Le troisième espace est consacré à une performance audiovisuelle. Cette fois, c'est l'artiste qui, pendant une durée illimitée, tord les samples en jouant sur les paramètres de leur lecture. Il en résulte une musique expérimentale.
Dans ce troisième et dernier espace, le visiteur passe la main à l’artiste. Grâce à l’espace précédent, il a acquis des compétences en matière d’interactivité qui lui permettront de comprendre la spécificité d’une œuvre audiovisuelle en tant qu’œuvre produite en temps réel.