Fran et Jim
Fran Lejeune et
Jean-Michel Rolland
EN--FR



JEAN-MICHEL ROLLAND
Arts Numériques



HOME

FRAN

JIM



ART VIDEO

2021
SABOTAGE


2020
AFFORDANCE


LE BALLON ROUGE : COMPRESSION


BEIJING BICYCLES


NAKAMISE-DORI


ENTROPY:BOCCADASSE


ENTROPY:ZELLIGE


ENTROPY:SKY


2019
TRACES:LIGHTS


UNE FOULE EN COLERE


MASSACRE


OBSESSION


TRACES:TREES - WIP


SERRAJINE


CREPUSCULE


2018
MUSICAL LANDSCAPES
Série de 5 vidéos


TRACES:BIRDS


LA ROUE


TRACES:WAVES


RESISTANCE


WASTE


LITTLE BY LITTLE


GROWING TREES
UPON NEW YORK


2017
THE PARTISAN


COLLATERAL DAMAGE


DRIFTING


PASSAGE


2016
DON'T BE AFRAID


THE SUNSET DOORS


GOODBYE GLACIERS


2015
TYPO


THE TEMPEST


6 OPERAS


SLOWDOWN#2


2014
HANG ON


SLOWDOWN#1


THE PUCK


2013
LA COURSE (The Race)


SON ET LUMIERE


EMPTY WATER


THE BRAINSWEEPER


CICADAS IN THE SUN


2012
FIRST PERSON SHOOTER


SMILES AND SLAPS


BURNING MATCHES


RUNNING WATER


TECHNO GARBAGE MEN


LA NOYADE (The Drowning)


THE DEADMAN SHOW


BLOWER


DRIBBLING ALONE


THE UNKNOWN SKATER


CYCLING IN RHYTHM


2011
NEONS MELODY


ACOMMUNICATION


TRAINING DOORS


TECHNO TOOLS


BUBBLE POPS


HAPPY BIRTHDAY


BILLIARDS MELODY


TIME MELODY


ERROR SYSTEM


CARS MELODY


MURMURES
NEWS
du 19 mars au 18 avril : projections à Spier Light Art à Stellenbosch (Afrique du Sud)
du 19 mars au 23 avril : projection à Paréntesis à Puebla (Mexique)
le 20 mars : projection à Festival Hercule Florence, online (Brésil)
du 26 mars au 4 juin : projection à Beuys for Future, Group Global 3000 à Berlin (Allemagne)
du 13 au 15 avril : projection à MICRO FESTIVAL à Barcelone (Espagne)
le 17 avril : projection à ArchiShorts à Winnipeg (Canada)
du 1er au 22 mai : projection à Experiments in Cinema à Albuquerque (USA)
du 3 au 9 mai : projections à Video Arte Faenza à Bogota (Colombie)
du 14 au 15 mai : projection à Digital Graffiti à Alys Beach (USA)
du 3 au 9 juillet : projections à Video Arte Faenza à Santiago de Cuba
du 15 au 29 août : projection à Bewegter Wind, Northern Hesse (Allemagne)
du 14 au 20 novembre : projection à FIVAC à Camaguey (Cuba)



BIOGRAPHIE
Jean-Michel Rolland est un artiste français né en 1972.

Longtemps musicien et peintre, il réunit ses deux passions – le son et l’image – dans les arts numériques depuis 2010.
A travers des œuvres d’art vidéo, d’art génératif, des performances audiovisuelles et des installations interactives, il questionne la temporalité, véritable quatrième dimension inhérente à l’image animée, ainsi que la dualité entre ses deux médiums de prédilection, le sonore et le visuel.

Ses recherches formelles sont guidées par le désir de révéler la nature intrinsèque de notre environnement perceptif et de la tordre pour mieux donner de nouvelles réalités au monde qui nous entoure.

Ses travaux, toujours très expérimentaux, sont le reflet du monde intérieur parfois inattendu de leur auteur et font cependant l’objet d’une importante diffusion à l’international. Plusieurs ont été récompensés pour leur originalité, par Digital Graffiti à Miami (USA), Multimatograf (Russie), dokumentART (Allemagne et Pologne), l’Université de Caroline du Nord (USA), Festival do Minuto (Brésil), Artaq (France) et The International Video Art Review (Pologne).

Convaincu que la dématérialisation des arts numériques est plus une force qu’une faiblesse, il laisse l’accès à la plupart de ses productions sur son site internet.



CONTACT
jimrolland13@gmail.com



CV
HTML (exhaustif)
PDF (synthétique)



VIDEOGRAPHIE (pdf)



DEMARCHE ARTISTIQUE
Longtemps musicien et peintre, insatisfait du manque d’unicité lié à la pratique de deux disciplines difficilement conciliables, je me consacre depuis 2010 aux arts numériques pour que se rencontrent mes deux médiums de prédilection : le son et l’image.

A travers l’image animée sous différentes formes (art vidéo, art génératif, performances audiovisuelles, installations interactives), je m’efforce de donner de nouvelles réalités au monde qui m’entoure en intervenant sur la notion de temporalité et sur la dualité inhérente aux arts numériques : la confrontation entre le son et l’image.

Jusqu’en 2016, à l’origine de chacune de mes créations, la musicalité jouait un rôle aussi important que l’image et chacune influençait l’autre dans une relation de coprésence. Cette relation devait s’opérer par complémentarité naturelle (en art vidéo, contrainte consistant à ne jamais désolidariser la piste audio de la piste vidéo de la prise initiale), par co-construction (adéquation de l’audio à la vidéo et vice versa comme élément principal du processus créateur) ou par cogénération (en art génératif, génération du son et de l’image par les mêmes algorithmes). Il en résultait des travaux où son et image étaient tellement indissociables que l’un sans l’autre aurait perdu tout son sens.

Cette période n’est pas révolue mais, d’une pratique intensive, d’autres intérêts sont nés au fil du temps et notamment celui qui questionne la notion de durée. A la différence des arts traditionnels, l’art de l’image animée possède cette véritable quatrième dimension qu’il s’agit tout d’abord, au même titre que les trois premières, de maîtriser pour délivrer une œuvre cohérente, mais qui de plus peut devenir un terrain d’expérimentation fertile quand on s’attache à en extraire l’essence.

Les travaux dont j’ai décrit plus haut le processus créateur étaient déjà très empreints de cette problématique, notamment à travers la notion inventée de rhythm’n’split où l’image animée subit un découpage visuel mais aussi temporel dans une logique musicale. Cependant, l’apprentissage du langage Java (qui m’a en premier lieu servi à produire des œuvres d’art génératif et des installations interactives) m’a permis d’appréhender la temporalité sous de nouveaux aspects en me donnant le pouvoir sur le pixel en tant que singularité. C’est par cette recherche sur la succession de chaque point dans chaque image d’un film (ou d’une série de photographies) que mes travaux actuels sont guidés. Il en résulte des vidéos dans lesquelles la trace photographique est réintroduite, d’autres qui donnent une temporalité à une succession d’images fixes par différentes techniques, et d’autres qui restent encore à venir.



PROJETS RECENTS

TRACES
Traces est une série de vidéos expérimentales qui s'affranchissent de l'instant présent.
Le passé proche du sujet choisi (et uniquement celui-ci) est conservé à l'écran pour révéler son chemin.
La trace photographique, perdue avec le film, est ainsi réintroduite en art vidéo pour matérialiser le mouvement.
A l'instar de Muybridge qui, en 1878, avait démontré grâce à une chronophotographie que le cheval au galop n'avait jamais les quatre pattes en l'air simultanément, mes vidéos mettent en lumière un autre aspect du mouvement : son itinéraire dans l'espace.
En l'absence de persistance rétinienne suffisante, les vidéos de Traces révèlent une réalité invisible : le parcours dans le temps et l'espace d'un sujet en mouvement.
Vidéos du projet :
. Traces:Birds
. Traces:Waves
. Traces:Trees (série de 5 vidéos)
. Traces:Lights
. Le Ballon Rouge : compression
. Une Foule en Colère

PHOTOVIDEOGRAPHIES
Depuis le mois de janvier 2018, j'ai décidé de réinvestir l'image fixe comme matériau de base pour de nouvelles expérimentations audiovisuelles visant à démontrer que l'art vidéo, dans sa dimension temporelle, peut s'appuyer sur des instantanés.
L'art photographique change ainsi de statut pour acquérir une temporalité dans laquelle il me semble impératif de faire intervenir la matière sonore.
Cette dernière peut se contenter d'accompagner l'image pour contribuer à une atmosphère, mais peut aussi, inversement, être à l'origine des métamorphoses infligées aux images.
Ces travaux constituent une étape importante dans mon activité artistique car elle me permet de questionner, d'une façon originale car différente, mes deux sujets de prédilection que sont la temporalité de l'art vidéo et la dualité entre le son et l'image.
Le titre du projet, « Photovidéographies », est emprunté à Jean-Claude Chirollet, philosophe de l'art qui, dans son ouvrage L'Oil digital de l'art : les anachronismes numériques, s'en sert pour qualifier la monstration d'oeuvres classiques (peintures, sculptures...) sur support numérique.
Bien qu'il en fasse un usage assez différent de celui qui nous intéresse ici, la notion d'anachronisme qui se dégage des deux acceptions de ce mot-valise est bien réelle.
A l'instar de l'art total qui voulait réunir des arts différents d'une même époque dans un spectacle vivant, il me semble intéressant d'élargir cette notion à d'autres formes artistiques, mais aussi de questionner les associations envisageables entre arts d'époques différentes.
Vidéos du projet :
. Beijing Bicycles
. Nakamise-Dori
. Entropy:Sky
. Entropy:Boccadasse
. Entropy:Zellige
. Massacre
. Obsession
. Waste
. La Roue
. Little by Little
. Musical Landscapes (série de 5 vidéos)
ART INTERACTIF
CONFIANCE


BODY INSTRUMENT II


BODY INSTRUMENT


HERTZIAN LABYRINTH


INDIAN GENERATIVE



VJING INTERACTIF



ART GENERATIF
AUTOMATES CELLULAIRES
MUSICAUX


GENERATIVE MUSIC
PATTERNS


EPHEMERES


DISOBEDIENCE
Musique générative


MELTING POT (Série)


BIOSPHERE


THE ENDLESS JOURNEY


INTERSTELLAR DANCE


EXCLUSION (Série)


CLAVECIN OCULAIRE NUMERIQUE


DIGITAL HAIKUS


PRAIRIES


FOLLOWERS


DIGITAL BARBED WIRE



ART POUR ANDROID
REALISATIONS


DADA'S NOT DEAD



PERFORMANCES
AUDIOVISUELLES

BRAIN MUSIC


RDV à New Delhi


THE UNKNOWN SKATER


THE GAP


LAMPEDUSA


ERROR SYSTEM


NEONS MELODY



LIVRES INTERACTIFS
MULTIMEDIA

LES MAITRES DU VAISSEAU


LA REVOLUTION DES TENEBRES


LE DERNIER HOMME



CREATIVE CODING
ENSEIGNEMENT DU
CODAGE INFORMATIQUE



DOCUMENTAIRES
METZ EN IMMERSION


ALTER EGO 2014


ALTER EGO 2013