Fran et Jim
Fran Lejeune et
Jean-Michel Rolland
JEAN-MICHEL ROLLAND
Art Numérique - Digital Art

HOME

FRAN

JIM



VJING INTERACTIF


La pratique du Vjing par Jim Rolland est résolument novatrice : les images qu’il diffuse font l’objet d’une programmation en amont sur le logiciel Processing et sont retravaillées en direct sur la musique de l'artiste qu’il accompagne.
Mais c’est avant tout un Vjing immersif où l’interactivité joue un rôle primordial en donnant au son le contrôle sur l’image : les formes projetées ne naissent et évoluent dans l’espace que grâce aux décibels reçus par les algorithmes du programme.

Sets en public :
le 26 juin 2016 au Théâtre de Verdure d'Agadir (Maroc), avec Mehdi Qamoum et MediCament dans le cadre d'une résidence de création de deux semaines à l'Institut Français du Maroc
le 11 avril 2015 à l'Espace Pasolini de Valenciennes (France) avec Chiara Zocchi
le 1er avril 2015 à la Mairie d'Onnaing (France) avec Chiara Zocchi
les 11 et 12 mars 2015 au Phénix à Valenciennes (France) avec Emil Doesn't Drive
le 6 mars 2015 à Metz en Immersion à Metz (France) avec Vondkreistan

Vjing by Jim Rolland is highly innovative : the images he projects are programmed on Processing and are manipulated in real time on the music of the artist he plays with.
But it's above all an immersive Vjing where interactivity plays a key role by giving the sound control on the image : the projected forms only exist and evoluate in space thanks to the decibels received by the algorithms of the program.

Public sets :
2016, June 26 at Théâtre de Verdure d'Agadir (Morocco), with Mehdi Qamoum and MediCament during a two weeks creation residency at French Institute in Morocco
2015, April 11 at Espace Pasolini in Valenciennes (France) with Chiara Zocchi
2015, April 1st at Onnaing City Hall (France) with Chiara Zocchi
2015, March 11 and 12 at Le Phénix in Valenciennes (France) with Emil Doesn't Drive
2015, March 6 at Metz en Immersion in Metz (France) with Vondkreistan



Rencontre entre musique traditionnelle et art numérique
MediCament vs Jim Rolland

Suite à un appel à candidatures, j'ai été sélectionné par l'Institut Français du Maroc pour une résidence de création de deux semaines à l'Institut Français d'Agadir en juin 2016.
L'objectif était de réaliser un set de Vjing interactif sur de la musique traditionnelle sud marocaine.
Le groupe avec lequel j'ai été amené à travailler s'appelle MediCament.
Son leader charismatique, Mehdi Qamoum, joue du guembri (instrument traditionnel de la musique gnawa) et chante merveilleusement bien.
Ses sept musiciens sont à la batterie, la guitare, la basse, au clavier, aux percussions et les deux derniers jouent des qraqebs.
Ils font de la gnawa fusion, une musique de leur propre composition, extension contemporaine de leur musique traditionnelle du sud marocain.
Pendant deux semaines, je me suis imprégné de leurs rythmes si particuliers (rythmes ternaires superposés sur des rythmes binaires) issus des pays du golfe de Guinée.
J'ai également écouté avec avidité les explications éclairées de Raouf sur la culture gnaoua, percussionniste des Agadir Gnawas et propriétaire du Jazzawiya, salle de concert intimiste de la rue de Meknes où les MediCament répétaient.
Chaque chanson du répertoire traditionnel invoque des esprits (mlouks) qui sont matérialisés par une couleur bien particulière.
Pour en citer quelques-uns, les moussaouiyin, esprits de la mer, en bleu clair, les samaouiyin, esprits du ciel, en bleu marine, les esprits de la forêt d'Afrique en noir, al houmar, le sang, en rouge, l'esprit féminin de Lala Mira en jaune et mauve, le blanc et le vert étant réservés aux saints.



Mon travail a consisté à développer un programme interactif avec le logiciel Processing pour réaliser une performance live où l'improvisation aurait une part importante.
J'ai créé treize formes différentes que j'appelle (une ou plusieurs à la fois) avec mon clavier d'ordinateur et dont je modifie l'apparence, le mouvement et la couleur à l'aide d'une surface de contrôle Midi.
L'interactivité est sonore : ma carte son externe est reliée directement à une sortie stéréo de la console de l'ingénieur du son et ce sont les décibels reçus qui donnent leurs volumes et leurs nuances de brillance aux formes projetées.
L'aboutissement de ce travail, dont on peut voir des extraits sur cette captation vidéo, fut un grand moment de rencontre entre deux cultures, culture traditionnelle gnaouie et culture numérique occidentale.
Le concert, organisé par l'Institut Français d'Agadir au Théâtre de Verdure d'Agadir (un amphithéâtre en plein air pouvant accueillir près de 4000 spectateurs), a eu lieu dans la nuit du 26 juin 2016 devant un public surexcité par la musique très festive de MediCament.

Meeting between traditional music and digital art
MediCament vs Jim Rolland

Following a call for applications, I was selected by the French Institute in Morocco for a two-week creative residency at the French Institute of Agadir in June 2016.
The aim was to achieve a set of interactive Vjing on traditional southern Moroccan music.
The group with which I was led to work is called MediCament.
Their charismatic leader, Mehdi Qamoum, plays guembri (traditional instrument of the Gnawa music) and sings beautifully.
His seven musicians are on drums, guitar, bass, keyboard, percussion and the last two play qraqebs.
They make Gnawa fusion music of their own composition, contemporary extension of their traditional music from southern Morocco.
For two weeks, I impregnated in their particular rhythms (triple rhythms superimposed on binary rhythms) from the countries of the Gulf of Guinea.
I also listened avidly to Raouf’s explanations on Gnawa culture, percussionist of Agadir Gnawas and owner of Jazzawiya, an intimate concert hall of the street of Meknes where MediCament repated.
Each song invokes the traditional repertoire of spirits (mlouks) which are represented by a very particular color.
To name a few, the moussaouiyin, spirits of the sea, in light blue, the samaouiyin, spirits of heaven, in navy, the spirits of the African forest in black, al Houmar, blood, in red, the female spirit Lala Mira in yellow and purple, white and green being reserved for saints.



My job was to develop an interactive program with the software Processing to perform a live performance where improvisation would have a significant share.
I created thirteen different forms that I call (one or more at a time) with my computer keyboard and I change the appearance, movement and color using a MIDI control surface.
Interactivity is sound: my external sound card is connected directly to a stereo output of the engineer's console and the decibels received give their volume and their gloss shades to the projected shapes.
The culmination of this work, where we can see excerpts on this video capture, was a great moment of encounter between two cultures, traditional Gnawa culture and Western digital culture.
The concert, organized by the French Institute of Agadir in Agadir Théâtre de Verdure (an outdoor amphitheater that can accommodate nearly 4,000 spectators), took place on the night of June 26, 2016 to an audience excited by the festive music of MediCament.



Avec Chiara Zocchi - 11 avril 2015 - Espace Pasolini Valenciennes








******************************************

Avec Chiara Zocchi - 1er avril 2015 - Mairie d'Onnaing


******************************************

Metz en Immersion - vernissage - 6 mars 2015
Photos de Wendy Develotte